Ce Bricoleur qui aimait les pompes à incendie est devenu millionnaire
Qui ne se souvient des pompes à inendie d'il y a à peine 30 Ans, le dernier cri en fait d'appareils modernes du genre, selon nos pères, ou des pompes à bras actionnées par les pompiers volontaires des vil1ages, d'où fusait un mince jet d'eau semblant plutôt activer les flammes que les éteindre? Et les pompes à vapeur, tirées par de fringants chevaux blancs, qui attiraient sur leur passage une foule de badauds et tous les barmbins du voisinage? Et les voitures à échelles extensibles avec conducteurs à l'avant et à l''arrière, ce dernier pour faciliter la manceuvre dans les courbes?
     Tout change, tout évolue et tout se modernize, même les appareils, à incendie. Les chevaux ont cédé leur place aux h.p. De puissants moteurs a gazoline maintenant véhiculent rapidement nos braves pompiers aux lieux des incendies. Aujourd'hui, les camions munis d'appareils à combattre le feu des plus modernes passent en trombe dans les rues quelques secondes seulement après la signalisation d'un incendie.

DEBUT MODESTE
                                                  Le progrès immense acconpli dans le domaine des appareils à incendie est attributable, en grande partie, à l'ingéniosité d'un Canadien français, Charles Thibault, forgeron de son métier qui, en 1908, à Sorel, fonda une petite usine où il pouvait bricoler à sa Guise et d'où sortirent nombre d'inventions pratiques.
     A sa mort, c'est son fils Pierre qui développa l'entreprise connue sous la raison sociale "Pierre Thibault" et ses neuf garçons lui apportent aujourd'hui une aide précieuse dans son travail. L'usine qui se trouvait autrefois à Sorel fut déménagée à St-Robert mais en 1938 fut installée definitivement à Pierreville, à quelque 15 mill s du premier emplacement.

     
Musee Musée de vieilles pompes et appareils à incendie (49)

Atelier moderne on l'on usine les pièces de métal (93)
Les fondeurs s'affairent au moulage du métal (94)

Assemblage des échelles extensibles Thibault (92)

IMPORTANTE USINE
          

Les bâtisses de 1'usine Pierre Thibault occupent une superficie de 65,000 pieds carrés, nous confie notre cicerone, René Shooner, I.P. à l'elnploi de la compagnie depuis environ deux ans, et même il faut nous agrandir encore. L'entreprise emploie plus de 125 employés, machinistes, assembleurs, mouleurs et mécaniciens.

          

La compagnie ne fabrique pas de camions mais les achéte démunis de toute carrosserie et s'occupe seulement du revêtement complet de la voiture et de l'installation de tous les apparells à combattre les incendies.

Toute la force motrice pour activer les pompes, échelles exterisibles et autres appareils provient du moteur, c'est dire que le travail de transformation est considérable. La compagnie, toutefois, ne fabrique que des camions à incendie et à échclles extensibles Thibault qui atteignent une longueur de 100 ou 200 pieds. Les réservoirs sur les camions ont une capacité de 300 gallons et les moteurs peuvent pomper 800 gallons d'eau à la minute.

On peut affirmer, de dire M. Shooner, que le camion à incendie subit une transformation de l'ordre de 80 pour cent dans nos mains. Malgré tout ce travail qui exige une main-d'oeuvre experte, les prix sont relativement bas, environ $15,000 pour les camions à pompes et $45,000 pour les carnlons à échelles extensibles.

ATELIER MODERNE

Une visite à la fonderie nous fait voir les mouleurs au travail et une multiplicité de pièces démoulées sur le sol. D'autres ouvriers s'occupent du polissage des morceaux d'alliage de bronze et autres métaux. C'est dans l'atelier, toutefois, qu'on peut se faire une idée de l'ampleur des travaux et de I'importance de la compagnie Pierre Thibault. Cet atelier moderne est immense et les machinistes s'affairent à façonner des pièces de toutes sortes. Des tours, machines à façonner et autres couvrent le plancher, la valeur du seul équipelnent de cette bâtisse atteint près d'un million de dollars.

          


Il va sans dire que les entrepôts pour contenir la machinerie non utilisèe et les pièces nécessaires sont immenses. On y voit de tout, même un modèle de voiture a incendie de 1808. Ce n'est pas tout, car la compagnie dispose d'un bureau d'ingènieurs et techniciens, d'une boutique de ferblanterie ou se trouvent des presses de plusieurs tones, d'un département pour modèles projetès de nouveaux camions et un bureau d'affaires des plus modernes. La compagnie Pierre Thibault, fabriquant des camions à incendie, est la plus importante du genre au Canada et sa renommée dèpasse nos frontières, car elle vend des appareils en Amérique duo Sud.

Texte: Marcel Ouimet    -    Photos: J.P. Laliberte


LA PATRIE DU DIMANCHE, 23 NOVEMBRE 1958